Les conférences se déroulent au début de l’allée Q
Pensez à vous rendre à votre conférence en avance, les places sont limitées.

Vendredi 20 mars – Vivre en cohérence aujourd’hui

12h – Ca va changer avec vous
Julien VIDAL

Après avoir passionné des dizaines de milliers de lecteurs avec le récit de son cheminement écocitoyen dans « Ça commence par moi : soyons le changement que nous voulons voir dans le monde », paru au Seuil en 2018, Julien Vidal revient aujourdhui avec cet ouvrage hors normes, bourré dinventivité et doutils concrets pour vous permettre de passer à laction face à lurgence écologique et de rayonner autour de vous.

Initiative individuelle à son lancement le 1er septembre 2016, Ça commence par moi est devenu un mouvement collectif qui illustre lengouement croissant des Français pour les enjeux écocitoyens. Très présent sur le Web grâce au site cacommenceparmoi.org qui a cumulé plus d1 million de visites lannée dernière ainsi quaux vidéos mensuelles réalisées avec Brut Nature qui dépassent les 10 millions de vues, la dynamique se concrétise aussi partout en France avec lorganisation de conférences et dateliers auxquels ont participé des milliers de personnes, de tous les âges, de tous les milieux et de tous les niveaux dengagement.

14h– Passage piéton, récit d’une detox numérique
Laurence BRIL

Alors que les réseaux sociaux et Internet occupent une place croissante dans nos vies, au point d’être parfois perçus comme aliénants, Laurence Bril montre qu’il est possible – et salvateur – de prendre la tangente et de se déconnecter. Elle nous raconte comment, après s’être longtemps noyée dans le grand bain numérique, elle a opéré sa transition digitale en troquant son smartphone contre une paire de baskets. Au fil des pages et des kilomètres, de balades littorales en trails alpins, l’air pur se substitue aux pixels, l’esprit se libère et un souffle nouveau apparaît. Avec la possibilité d’envisager, au bout du chemin, une autre relation au numérique, apaisée et maîtrisée…

Journaliste spécialisée dans les usages numériques, Laurence Bril a participé à la création de trois sites Internet consacrés aux impacts des univers connectés sur les familles et les (hyper)liens intergénérationnels : Parents 3.0, Ados 3.0 et Seniors 3.0. Elle a également écrit trois guides pédagogiques sur le sujet : Facebook et Twitter expliqués aux parents (2011), Mon enfant dans la jungle des réseaux sociaux (2012) et Petit répertoire des émotions numériques (2013).

16h– Vivre mieux sans croissance
Juliette DEQUESNE

La planète étouffe sous l’effet des nuisances de l’humain. La biodiversité s’amenuise. Le dérèglement climatique s’accentue. La pollution des sols, de l’eau et de l’air s’aggrave…Dans le même temps, nos leaders continuent à rechercher la croissance à tout prix, comme s’il s’agissait d’une panacée, alors qu’elle inflige à la nature et aux ressources vitales des dégradations irréversibles. Le consommateur, lui, n’est jamais rassasié, constamment incité à acquérir du superflu.
La croissance à marche forcée est-elle le seul moyen d’éradiquer le chômage et de résoudre les problèmes de la dette ? Depuis plus d’un demi-siècle, Pierre Rabhi prône au contraire la «sobriété heureuse »et la «puissance de la modération ». Oui, dit-il, nous pouvons vivre mieux sans croissance. D’autres modes d’existence sont possibles, sans que nous soit pour autant imposée une dictature verte.
A l’appui de ces convictions mises a l’épreuve des faits, Juliette Duquesne a enquêté et interroge quelque soixante spécialistes – économistes, sociologues, politologues, entrepreneurs, ainsi que des citoyens d’Europe, d’Afrique et d’Asie.

Spécialisée dans des thématiques économiques et environnementales, Juliette Duquesne a travaillé pendant dix ans a la rédaction du journal de TF1. Elle a cosigné avec Pierre Rabhi « Pour en finir avec la faim dans le monde », « Les Semences » (2017), « Les Excès de la finance » et « L’eau que nous sommes » (2018).

Samedi 21 mars – Cohabiter avec la nature

12h – Sauvons les insectes !
François LASSERRE

Les rencontrerTenter la zénitude. Ne plus les stigmatiser. Offrir espace et temps Ne pas les manger (pour le plaisir)Jardiner avec eux Jouer à lapprentiscientifiqueSoutenir des actions. Les considérer comme des individus. 10 actions concrètes et positives pour protéger et sauver les insectes en disparition!

François Lasserre, entomologiste, directeur des activités et événements naturalistes et pédagogiques chez Nature & Découvertes, co-président du GRAINE IDF (Groupement Régional d’Animation et d’Information sur la Nature et l’Environnement en Ile-de-France), également présent au conseil d’administration de l’OPIE (Office Pour les Insectes et leur Environnement). Auteur de dizaines de livres sur le monde des insectes, des petites bêtes, …
https://www.francois-lasserre.com/

14h – De la terre à l’assiette : 50 idées reçues sur l’agriculture et l’alimentation
Marc DUFUMIER

Le glyphosate est-il un cancérigène avéréMangeons-nous trop de viande? De poisson? Peut-on rester en bonne santé en adoptant un régime vegan? Doit-on lexplosion du nombre de cancers aux produits chimiques présents dans nos aliments? Peut-on consommer bio et pas cher? Leau peut-elle un jour venir à manquer? Aura-t-on demain de quoi nourrir 10 milliards d’êtres humains? Pourquoi la plupart des tomates nont-elles plus de goût? Le gluten est-il mauvais pour la santéMangerons-nous des algues et des insectes?

Ingénieur agronome, Marc Dufumier a découvert lagroécologie à 22 ans, non sur les bancs dAgroParisTech où il était étudiant, mais à Madagascar, lorsque des femmes analphabètes lont initié à une agriculture paysanne respectueuse de lHomme et de son environnement. Devenu professeur à AgroParisTech et expert sur des missions de terrain aux quatre coins du monde, il est aujourdhui lun des spécialistes les plus reconnus dans le domaine de lagroécologie. Il est également président de Commerce équitable France.

16h – Table ronde – Agriculture et urbanisme : comment concilier habiter et cultiver ?
Jacques CAPLAT, Florence Presson, et le collectif Nous voulons des coquelicots

Depuis 2017, les communes ne peuvent plus utiliser de pesticides de synthèse ni de glyphosate. Depuis le 1er janvier 2019, les habitants non plus. Cependant, les épandages de pesticides et de produits chimiques à proximité des habitations, des écoles et des espaces de vie des habitants ont un impact non négligeable sur la santé publique. Depuis plusieurs mois, des maires de plus de 120 communes un peu partout en France ont pris des arrêtés pour limiter la distance d’usage des pesticides à proximité de ces lieux, pour protéger la santé de leurs administrés. Ces arrêtés sont systématiquement cassés par les préfets. Mais quelques juges des référés ont estimé queu égard à la situation locale, cest à bon droit que ces maires ont considéré que les habitants de leurs communes étaient exposéà un danger grave, justifiant quils interdisent lutilisation des produits en cause.
Se pose donc la question pour ces agriculteurs industriels de faire évoluer leurs pratiques dans un contexte où les citoyens sont de plus en plus virulents quand à leur santé et le droit à être respecté. Devrons nous bientôt choisir entre habiter ou cultiver nos espaces? Y a t il une ou des solutions pour sortir de cette impasse? Comment aider et accompagner nos agriculteurs? Autant de questions auxquels ce débat tentera de répondre. 

Jacques Caplat est agronome et ethnologue. Fils de paysan, il a été conseiller agricole en chambre d’agriculture, puis animateur àla fédération nationale d’agriculture biologique. Il a notamment participéàla création du réseau Semences paysannes et s’est impliquédans des actions de développement dans des pays du Sud. Il est l’auteur de nombreux rapports et conférences sur l’agriculture biologique, ainsi que des livres Changeons d’agriculture (2014) et L’Agriculture biologique pour nourrir l’humanité. Démontration (2012). Il est secrétaire général d’Agir pour l’Environnement.

 

Nous voulons des coquelicots est un groupe de bénévoles sans argent, composédune quinzaine de personnes, parmi lesquelles une directrice de crèche (retraitée), des décorateurs, une étudiante, une céramiste, deux paysans, une enseignante, une psychanalyste, des membres dONG, deux journalistes. Ce groupe appelle les citoyens àne plus accepter que les pesticides qui sont des poisons qui détruisent tout ce qui est vivant continuent àêtre utilisés sans scrupule. Les pesticides sont dans leau de pluie, dans la rosée du matin, dans le nectar des fleurs et lestomac des abeilles, dans le cordon ombilical des nouveau-nés, dans le nid des oiseaux, dans le lait des mères, dans les pommes et les cerises. Les pesticides sont une tragédie pour la santé. Ils provoquent des cancers, des maladies de Parkinson, des troubles psychomoteurs chez les enfants, des infertilités, des malformations àla naissance. Lexposition aux pesticides est sous-estimée par un système devenu fou, qui a choisi la fuite en avant. Quand un pesticide est interdit, dix autres prennent sa place. Il y en a des milliers.  

Une association a étécrée en septembre 2018 et un ouvrage a étééditéaux Liens qui Libèrent par Fabrice Nicolino, son président, et François Veillerette. Actuellement des centaines de groupes en France se sont constitués, ils se réunissent les premiers vendredis soirs de chaque mois devant la mairie de leur commune. Plus d’un million de français ont signél’Appel des Coquelicots.

 

Florence Presson est adjointe déléguée àla Transition énergétique, numérique et àl’économie circulaire au Maire de Sceaux, un des premiers àavoir pris un arrêtéanti pesticides. Elle est co-fondatrice du collectif des maires face aux pesticides.Elle est également membre du conseil dadministration de lInstitut National de lEconomie Circulaire (INEC), conseillère de Xavier Lemoine, vice-président de la Métropole du Grand Paris et chargée de mission àla ville de Montfermeil.

Dimanche 22 mars – Sortir de l’écologie punitive, oui à une écologie positive

12h – Agir ensemble pour réussir la transition écologique
Grégory DERVILLE

14h – Guide pratique pour oser s’impliquer dans la vie politique locale
Christian PROUST

16h – Pour en finir avec l’écologie punitive
Olivier BLOND

 

Lundi 23 mars – S’inspirer des peuples autochtones pour mieux respecter la nature

12h – Table ronde – Défendre les droits des peuples autochtones pour que la nature soit respectée
Lorenza GARCIA, Valérie CABANES, Corto FAJAL

14h – Le choix du vivant
Eric JULIEN

16h – Etre forêts, habiter des territoires en lutte
Jean-Baptiste VIDALLOU

Vous pouvez consulter le programme des conférences 2019.

Vous pouvez consulter le programme des conférences 2018.

Vous pouvez consulter le programme des conférences 2017.

Back To Top
Marjolaine | Bien-être, Médecine douce & Thalasso | Go Healthy | Zen |Vivez Nature | Naturally | Noël en Bio | NaturaBio | Artemisia | Zen & Bio | ViniBio | Natexpo | Les Thermalies | Respire la Vie | Saveurs des plaisirs gourmands | Sevellia